On prépare la transat

On prépare la transat

with 8 commentaires

On est aux Bahamas. On va bientôt faire la transat jusqu’aux Açores alors Papa et Maman se préparent :

– on a fait des navigations pour venir à Marsh Harbour parce qu’ici on est prêt de l’océan et surtout pour faire des grosses courses

– ils nous ont laissées sur le bateau toutes seules avec Mélisse pour faire leurs courses

– on a changé la drisse de grand-voile qui était abîmée. La drisse c’est comme une corde pour monter la grand-voile jusqu’en haut du mât. Et aussi pour nous monter, nous !

Erell en haut du mât

– on a cousu le bimini pour qu’il soit bien solide pendant la transat. C’est la toile qui nous protège du soleil quand on est dans le cockpit

– on a descendu les voiles pour regarder si elles étaient prêtes pour servir longtemps. Et on a collé du tissu pour les protéger

– on va faire les lessives

– on va faire le plein d’eau et de gazole

– on regarde tous les jours la météo pour voir quand on part

– papa a gratté la coque du bateau pour la nettoyer avec un copain qui s’appelle Mike. Il a un appareil pour respirer sous l’eau (on dit un compresseur).

Mike invité à l’apéro sur Penn Gwen (il fait cette tête parce que c’est son premier ti’punch et qu’il trouve ça fort ;-))

Mike dessiné par Erell

Mike vient du Québec, c’est un copain de Geneviève et Bruno, nos copains du bateau Rackham. Ils nous avaient parlé de lui et dit qu’il était aux Bahamas mais on ne savait pas où (et les Bahamas, c’est grand !). En arrivant à Marsh Harbour, on a vu son bateau qui s’appelle Grey Goose (qui veut dire en anglais « l’oie grise »). Il sortait pour aller prendre son « Ribs » qu’il mange tous les jours. C’est de la bonne côte de porc qu’on mange ici avec de la sauce barbecue. Miam ! On lui a demandé s’il n’était pas un copain de Geneviève et Bruno. Il a dit « Ah si, Brubru et Gege ».

Le repas favori de Mike

– on a démonté un winch parce qu’il fallait le nettoyer. Un winch ça sert à tirer les bouts pour les voiles. On fait des tours du bout autour du winch. Et après, si c’est trop dur de tirer à la main, on bloque le bout dans le winch et on prend la manivelle de winch et on tourne et comme ça, ça permet de tirer très très fort.

Il faut d’abord enlever le dessus du winch (la poupée).

Le winch quand on a retiré la poupée

On voit les roulements à l’intérieur de la poupée

Après on a enlevé le gros axe qu’on fait tourner avec la manivelle. Après on a enlevé les roulements dans la poupée et tous les engrenages.

Tout est démonté, on va nettoyer

On lave tout ce qu’on a démonté, pour enlever le sel, la vieille graisse et le calcaire. Avant de tout remettre, papa a mis de la graisse. Ca sert à ce que ça tourne mieux.

On espère être bientôt prêt pour partir dans quelques jours. Mélisse et moi, on dit qu’on aimerait bien faire la transat en avion parce que ça bouge moins et que ça dure moins longtemps. Mais malheureusement non, on va la faire avec Papa et Maman. Peut-être que ça va durer TROIS SEMAINES ! Mais peut-être que ça va être bien quand même, on pourra faire des bracelets brésiliens si on a encore assez de fil et j’espère qu’on pourra regarder plein de dessins animés ! Et malheureusement on va un peu faire l’école.

La route jusqu’aux Açores (2400 miles nautiques)

Papa et Erell

Et pour ceux qui préfèrent voyager en photos et voir à quoi ressemblent les Bahamas plutôt que lire notre todo list (raccourcie par Erell) : album-photos Bahamas

8 réponses

  1. Manou
    | Répondre

    Bravo mon Erell pour ce beau récapitulatif, et bravo aussi pour laisser ton petit vélo qui t’a bien servi, non ? La Reine du dérapage contrôlé 😉 et du freinage avec les pieds :-))
    Je pense que bientôt tu allais te cogner les genoux sous le menton en pédalant, alors c’est mieux comme ça, il y a des enfants qui seront contents de s’en servir, et en plus ça va libérer de la place dans la cabine technique pour la traversée (et évitez 2-3 fois que Papa ou Maman rouspètent en cherchant un outil ou un matériel et en devant le déplacer dans la gîte, tu crois pas ?).
    Comme je vous disais hier sur Skype, soyez bien cool et essayez de vous occuper de façon sympa pendant la traversée plutôt que de vous chipoter, surtout si les parents ont des manœuvres à faire ! Peut-être vous allez encore voir des baleines, des dauphins, des tortues, des requins… des poissons-volants, et aussi vous allez pêcher.
    Gros bisous, je vais vite aller regarder sur les cartes si vous êtes déjà partis…

  2. Mamilo
    | Répondre

    Coucou mon Erell,
    J’ai bien flairé la » to do list » de ta maman , c’est très important avant de partir de ne rien oublier ! En lisant j’avais très peur qu’il manque une pièce du winch au remontage … mais visiblement ça s’est bien passé.

    J’attends un petit appel Whatsapp avant votre départ. Moi aussi, Je regarde la météo régulièrement, et je sens que le routeur ne sera pas superflu ! Je suppose que le haut fond sur votre route a été indiqué pour me faire peur (comme les rochers Saint Pierre et Saint Paul de votre précédente traversée !!! ) .

    Je pense très fort à vous : la traversée sera également longue pour moi. Gros gros bisous

  3. Geneviève Lejeune
    | Répondre

    Coucou les colibris ! Super article Erell et beau dessin de Mike, c’est très ressemblant. On pense à vous très fort et on vous souhaite une très belle transat. Vous êtes bien prêts. Soyez prudents et amusez-vous bien!

  4. Neyret
    | Répondre

    Quel boulot cette préparation pour la transat! Tu expliques vraiment bien Erell.
    Vous devez avoir hâte de partir et nous de vous voir arriver!!!
    Bisous à vous 4

  5. Edith
    | Répondre

    Hello, de retour de chez mamie Claude, en Bretagne, je découvre avec bonheur, ton article, Erell, trop forte pour nous expliquer tous les préparatifs!! Sûr que c’est pas rien , et j’imagine que tous les contenants sont à nouveau pleins de riz, semoule, pâtes et autres aliments, sans compter, le chocolat, les gâteaux et autres gourmandises! j’ai vu qu’il y a aussi quelques fruits pour les desserts!!
    Des bisous à vous quatre, et bon vent (pas trop fort, quand même!)

  6. Edith
    | Répondre

    Et félicitations à la photographe et aux commentaires éclairés des albums-photos qui nous permettent si bien de vous accompagner dans toutes vos découvertes! Quelle beauté, ces îles!! Et leur monde aquatique!!

  7. […] l’autre de l’Atlantique. Et sans oublier leur adversaire de régates québécoises, Mike (cf. l’article d’Erell), qui doit remonter en ce moment la côte américaine en passant par New York. Pas de Horta non […]

  8. dubreuil gérard
    | Répondre

    Bravo Erell d’être montée en haut du mât , à ton âge je n’aurais pas eu le culot!
    Et bravo pour ton dessin : je n’ai pas vu Mike , juste sa photo mais j’ai senti une ressemblance , donc tu as vu juste.

    Et je vois que le bateau , ce n’est pas seulement du farniente , c’est même aussi de la mécanique : le winch en vrac et à remonter c’est pas un jeu d’enfant ! D’autant que le winch est très utile sur le bateau. Et puis il y a tous les autres préparatifs .

    Merci pour ton reportage ! Gros bisous . Grand-père.

Répondre