Erell à Porto Santo

with 5 commentaires

A Porto Santo, on s’est mis à l’ancre. J’aimais bien pour se baigner. Un moment, c’était presque la nuit, on s’est baigné, Mélisse et moi, et elle était toute chaude. Mais je n’avais pas mes lunettes car je les ai perdues à Cascais et on ne les a pas retrouvées car l’eau était trouble. Ici on pourrait les retrouver car l’eau est très transparente.

img_1414

les filles au mini-zoo

Un jour on a fait une grande promenade. On est allé voir le petit zoo de perroquets. Il y en avait même un qui était comme mon perroquet doudou ! Il s’appelait Lara. Il y avait un monsieur qui s’était fait voler son bracelet par le cacatoès, il l’a retrouvé cassé. (Papa ajoute : et Mélisse s’est fait mordre par un perroquet vert). Sur le zoo, il y a avait plein de palmiers alors que dans le reste de l’île, c’est très aride. Aride ça veut dire pas beaucoup d’eau ni de plantes.

img_1402

le cacatoès qui ne veut pas rendre le bracelet

img_1405

le perroquet qui a mordu Mélisse

On s’est arrêté dans un restaurant sur le chemin du retour où il y avait l’air de faire une fête. Il y avait des gens qui venaient de Madère faire la fête sur Porto Santo. Ils jouaient de l’accordéon et ils chantaient. On a mangé de la viande qui était sur une énorme brochette vissée sur la table. Ca s’appelle une espetada. On a trouvé ça très bon ! Et on a bu du maracuja, c’est du jus de fruit de la passion pétillant. Pétillant ça veut dire qu’il y avait des petites bulles.

img_1443

le maracuja

img_1444

Erell et papa ravis devant l’espetada

20160925_164049

les filles font la lessive

20160925_170717

on sort le hamac

Erell

5 réponses

  1. Monique Neyret
    | Répondre

    Merci Erell pour toutes ces explications. Vous nous apprenez toujours plein de choses intéressantes avec des belles photos à l’appui.
    Vous restez combien de temps à Porto Santo? Le temps de faire un peu d’école peut-être ????…
    Bisous bisous les filles!

  2. Manou
    | Répondre

    OUAH Erell c’est super tes rédactions (rédactions ça veut dire qu’on raconte en écrivant une histoire, ou bien quelque chose qu’on a vu, qu’on a fait, qu’on a senti). Je trouve que tu te débrouilles très bien pour te souvenir des choses et les raconter et les expliquer. Du coup je suis très fière de toi !
    Et puis ça m’intéresse beaucoup, toi et Mélisse, continuez, c’est passionnant (passionnant c’est quand c’est très intéressant, si intéressant qu’on aime vraiment beaucoup !).
    Qu’est-ce que j’aimerais être avec vous !!!
    Gros bisous 😉

  3. edith
    | Répondre

    Edith

    Quel bonheur de vous accompagner grâce à vos récits, Erell et Mélisse! Dingue ce que vous vivez, vous êtes nos romancières préférées!!
    J’aurais bien partagé la brochette de viande avec vous!!

    Bisous

  4. Ophélie
    | Répondre

    Super toutes ces aventures Erell !! Et ça fait vraiment plaisir de voir vos bouilles toutes mignonnes et souriantes sur les photos. On pense très fort à vous.

  5. Gérard Dubreuil
    | Répondre

    Et il n’y avait pas de perroquets qui parlaient , bavards comme des perroquets? Je suis sûr que vous allez en trouver de l’autre côté de la mer , loin , loin … En tout cas vous faites envie avec le maracuja à bulles, l’espetada (miam!),et le hamac dans la brise marine . Veinardes!
    On imagine et on est avec vous …grosses bises.
    Grand-Père.

Répondre