Teranga

with 12 commentaires

Dans mon article précédent, je vous ai dit qu’il fallait tout marchander, mais il n’y a pas que ça au Sénégal ! Je vais vous expliquer les belles rencontres que nous avons faites.

Ceux qu’on a rencontrés en premier, ce sont des gens de la famille de papa : le grand-père et la grand-mère de notre cousine germaine. Ils sont très gentils avec nous. Ils nous ont invités à manger. C’était un très bon repas libanais. Ils nous ont aidés quand on devait faire des achats ou pour prendre des douches chez eux et faire la lessive. Et ils nous ont aussi offert du pain et des bons gâteaux délicieux. Ils sont d’origine libanaise et leurs grands-parents habitaient déjà au Sénégal. Ils parlent très bien wolof. Ils sont très sympas.

Lorsqu’ils sont venus sur Penn Gwen avec la navette du CVD !

Après, on a rencontré Kel et sa famille. Kel et son mari, c’est des amis de Manou, et on est devenues copines avec leur fille de 11 ans. On aime beaucoup jouer avec elle. Ils nous ont très bien accueillis, avec des bons repas, on a pu se laver, faire des lessives… Ca nous aide bien parce qu’au CVD (Cercle de Voile de Dakar) où on est, c’est pas top les douches. Ils ont aussi une grande fille de 17 ans qui nous a accompagnés au marché Sandaga pour acheter les morceaux de wax.

Au départ de l’île de Ngor où on s’est baignés

Au marché Castor pour les légumes, il y a des marchandes qui ont dit bonjour et comme Erell avait mis un musoor (foulard de tête), elles lui ont dit qu’elle était très belle et lui ont donné un nom sénégalais très respecté : Mame Diarra. A moi, une autre marchande m’a donné son nom : Seeni Joop, et une pièce de 100 CFA ! (note d’Aurélien : ces surnoms nous ont fait beaucoup plus plaisir que ceux qu’on entend à toutes les sauces : « sénégauloise » ou « mama Dakar »). Même si les gens ne sont pas très riches au Sénégal, ils sont très généreux. Le titre de mon article, « Teranga », ça veut dire « hospitalité », bien accueillir les visiteurs.

Me voici avec un musoor

Nous sommes allés à l’île de Gorée et on a rencontré sur le bateau une dame qui est marchande à Gorée. Elle s’appelle Adorée. Elle nous a donné à Erell et à moi un petit collier chacune, et pourtant on ne lui a rien acheté ! Plus tard, on fera sûrement un article sur Gorée, car c’est très important pour l’histoire.

On a même sympathisé avec quelques chauffeurs de taxi. Il y en a un qui nous a donné son numéro et l’adresse d’un hôtel à Fatick pour Papa et Maman. Il y en a d’autres qui étaient contents parce que Manou parlait wolof avec eux, d’autres avec qui on parlait des matchs de foot de la coupe d’Afrique des nations. Malheureusement, le Sénégal a perdu contre le Cameroun. Ma copine Aurore qui a regardé le match m’a dit que c’était un peu pareil que France Portugal. Dans la rue, un marchand ambulant m’avait donné un bracelet en plastique aux couleurs du Sénégal, car tout le monde voulait que le Sénégal gagne bien sûr !

Lorsque nous avons visité l’Institut Français au Plateau (le centre-ville de Dakar), nous avons rencontré un artiste qui fait des oiseaux avec des matières de récup’. Les adultes ont beaucoup parlé avec lui pendant qu’Erell et moi ramassions des perles qui étaient tombées sur la terre au pied d’un arbre. Cet artiste s’appelle Malick Mané. Il s’appelle lui-même « médecin des ordures ». Il a vécu dans la rue quand il était enfant. A Dakar, il y a beaucoup d’ordures, de plastiques partout, parce qu’il n’y a pas beaucoup de bons égouts, de ramassage d’ordure et de tri. Quand il voit un vieux truc jeté par terre, comme une canette, une brosse à dents, une souris d’ordinateur, il a tout de suite une idée pour en faire un oiseau œuvre d’art.

Il y a un livre sur lui : « Drôles d’oiseaux ». Et regardez cette vidéo :

Au parc de Hann, nous avons rencontré un monsieur qui s’appelle Rito. Il cherche plusieurs moyens de faire pousser des plantes sans produits chimiques, par exemple avec de la culture sur l’eau, ou avec du lombricompost. Le lombricompost, c’est comme un compost avec des vers dedans qui mangent les épluchures. Comme Papa, Maman et Manou ont fait beaucoup de compost, ils ont bien communiqué avec Rito sur l’environnement. Il m’a donné une fleur de coton avec ses graines.

(Note de Christiane : Rito est en train de monter une prodution de spiruline, et il transmet ses savoirs autour de lui. Il a étudié tout ça en Europe et a décidé un jour de revenir au Sénégal, car il désire ardemment faire progresser les choses ici. Comme Malick Mané et d’autres personnes rencontrées, tous très conscients de l’importance de la sensibilisation et de l’éducation, il intervient également auprès des écoles et des enfants.)

Un tableau d’Assane Nging

Au Village des Arts près de Yoff, les artistes ont des ateliers. Manou a parlé avec eux parce qu’elle aime bien faire des tableaux aussi. Les tableaux d’Assane Nging sont ceux que j’ai préférés. Ils sont assez simples, avec des couleurs très vives et des personnages dans leur vie quotidienne, avec de longs cous. Assane nous a expliqué qu’un long cou symbolise la générosité. Celui que j’ai préféré, c’était un tableau avec des pêcheurs sur une rivière du Siné Saloum, sur une pirogue.

Moi avec Assane et son tableau

Et j’ai voulu faire dans le même style, à la gouache, avec un peu plus de détails, le dessin suivant :

Je l’offre à Grand-Père qui a eu son anniversaire le 14 janvier. Bon anniversaire, Grand-Père !

On ne pouvait pas acheter de tableau car dans le bateau ce n’est pas bien possible à cause de l’air salé. Mais Assane m’a offert un petit car en bois, comme ceux qu’on voit sur les routes du Sénégal, qui était dans son atelier :

Note de Christiane : Nous avons aussi visité d’autres ateliers, celui de Ibrahima Kebe, qui expose jusqu’en Corée (kebe.skynetblogs.be),

celui d’un peintre burkinabé en résidence qui travaille d’une manière très onirique dans des tonalités ocres, blanches et brunes, celui de Denis Gomis, qui peint à l’huile (les autres peintres que nous avons vus peignent à l’acrylique ou utilisent des pigments naturels, du collage, du sable…). Denis Gomis s’attache à représenter la mère nature sur le thème de l’environnement et de la paix. « Une nature malade, c’est l’humain qui est malade. Une nature rassasiée, c’est l’humain qui est rassasié », dit-il.

L’atelier d’un peintre de fixé sous-verre était fermé, dommage :

Il y a aussi des sculpteurs, travaillant sur des matériaux de récupération, métal, bois, plastique, ou de la résine.

Reconnaissez-vous dans ce masque le volant d’automobile, le bidon plastique, les franges de balai, les fils du sac de riz ?

Je reprends la parole, Manou veut dire trop de choses ! Hier nous sommes allées chez la maman de Sokhna, qui est une amie sénégalaire de Manou à Lyon. On a mangé un très bon ceebujën avec des yaabooy (c’est une grande sardine). Elle a offert à Manou un de ses habits :

et à moi une petite kora jouet (c’est un instrument de musique) :

et du fruit de baobab : le buy. J’adore ça. C’est très bon. C’est sec mais ça fond sur la langue. Ce n’est pas très sucré. Au milieu il y a des graines de baobab. Quand on en mange, on a toujours envie d’en reprendre.

Dans cet article, j’ai beaucoup parlé des gens qu’on a rencontrés, de mes impressions, et de ce que j’ai ressenti. J’espère que ça vous a plu et à Michel Huchet aussi !

Mélisse

12 réponses

  1. Mamilo
    | Répondre

    Félicitations ma Mélisse pour l’article et le tableau. Chaque fois, je suis bluffée par tout ce que vous nous faites découvrir ! Le médecin des ordures, quel génie ! (Cela me rappelle les très beaux colliers que je trouvais à Paris, fabriqués à partir de canettes en plastique ),
    Quant au tableau, j’envie beaucoup Grand-père d’avoir un si beau cadeau d’anniversaire. Demain, c’est celui d’Erell, quelle tristesse de ne pas le fêter avec vous ! Mais j’espère bien lui faire de gros bisous par téléphone.
    A très bientôt, mes chéries.
    PS Une part des félicitations pour Christiane, l’inspiratrice de ce récit très joliment raconté et de sa teneur artistique !

  2. Mamilo
    | Répondre

    En fait , quand je t’appelle  » ma Mélisse adorée », c’est un deuxième prénom que j’ajoute !

  3. Mbene
    | Répondre

    Salut Melisse tres bon article j’espere que vous allez bien. Que votre prochaine visite sera tres belle .Et que vous pourriez faire de belles rencontres.Merci pour les souvenirs. Et sachez que je vous suis sur votre site.
    A la prochaine.Mbene.PS bon anniversaire Erell.

  4. Natalie
    | Répondre

    J adore suivre vos aventures et voir vos belles photos ! Ça fait rêver (plus que la queue de plus de 30mn pour les contrôles d identité pour l Eurostar a 6h15 du mat’ et en plus c’est pour le boulot !). J en profite pour souhaiter un très joyeux anniversaire a Erell de la part de nous 4 ! Très grosses bises à tous et continuez a nous dépayser !

  5. Monique
    | Répondre

    Toujours magnifiques les commentaires et les photos. Vous voyez des choses et rencontrez des personnes formidables. Quelle chance !
    Manou doit vous quitter aujourd’hui, tristesse sûrement pour vous tous mais vous allez continuer votre voyage passionnant et souffler tes bougies Erell. La famille Neyret te fait d énormes bisous tout doux.

  6. anne
    | Répondre

    Encore une petite promenade avec vous comme je les aime !
    Des bisous à vous tous, et un tout spécial pour l’anniversaire Erell.
    J’espère que le dauphin à qui j’avais demandé un grand service est bien venu faire une petite bise sur le bout de son nez.

  7. Michel Huchet
    | Répondre

    Oui Mélisse, ton article m’a beaucoup plu ! Merci beaucoup. Et comme tu as mis beaucoup de photos, je vais pouvoir intégrer tout cela sur le site de VSF. Je ne te promets pas de le faire tout de suite parce que j’ai beaucoup de travail (trop en réalité !), mais promis je mettrai ton article en ligne signé Mélisse. Bientôt tu vas découvrir le Sine Saloum et ses villages, tu vas ADORER !!! Bises à toi, Erell et tes parents !

  8. Babeth
    | Répondre

    Attention Mélisse, si tu manges trop de graines de baobab, tu vas devenir grande comme cet arbre et tu ne pourras plus rentrer dans la cabine !
    bisous à tous !

  9. edith
    | Répondre

    Félicitations à notre journaliste éclairée! Et bon anniversaire à Erell!
    On a récupéré Manou, qui parlait encore woloff et avait presqu’encore le mal de mer!!
    Et qui nous a raconté un peu, beaucoup…la vie avec vous, et vos aventures , et même sa chute à l’eau, accompagnée d’Aurélien!!
    Et demain pour vous, commence le voyage dans le siné saloun.. dont nous attendons impatiemment les reportages et photos!!
    Des bisous en pagaille pour vous 4

  10. auflo
    | Répondre

    Merci à tout le monde de m’avoir souhaité bon anniversaire. Pour mon anniversaire, on a fait des gâteaux, un aux pépites au chocolat, un à la compote de pommes. On a mangé ces gâteaux avec les copains de bateau, des copains sénégalais, Xavier et Jeannot et Jacqueline. J’ai eu plein de cadeaux : un foulard, un doudou, un porte-monnaie, une pirogue et des dauphins en bois sculptés par les copains, et encore d’autres choses. C’était un chouette anniversaire ! Erell.

  11. francis ratti
    | Répondre

    encore des articles passionnants !tous ces amis que vous vous faites partout , des decouvertes tout les temps : bravo , melisse , grâce à toi , nous voyageons , nous nous regalons de l ‘ afrique ouest que nous ne connaission pas – que d ‘ artistes , ça va vous donner plein d ‘ idées de creation !
    et maintenant , à la decouverte du Sine Saloum ? ? ?

  12. Gérard Dubreuil
    | Répondre

    Avec un peu de retard , bon anniversaire mon Erell , ce chouette anniversaire avec plein de cadeaux !!! On dirait que sur le bateau c’est encore mieux que d’habitude !!!
    Et moi pour mon anniversaire ,Mélisse , tu me touches beaucoup en m’offrant ce très beau tableau que tu as fait ; j’ai hâte de pouvoir l’exposer dans ma maison mais il va falloir que j’attende !!!! Merci je te fais de très gros bisous!!!
    Tu es très belle avec ton foulard de tête, ça te va bien.
    J’ai très envie que vous parliez de Gorée, dans mon coeur j’ai la nostalgie de cet endroit très beau ; si vous pouvez visiter le musée vous ne regretterez pas ,il est intéressant; et puis un moment de recueillement à la maison des esclaves , c’est important. Mille bisous à vous quatre.Grand-père.

Répondre